AnAm tourbillon 23-4-16

Ma devise « coopérer, innover, anticiper » convient aussi à ma nouvelle vocation, celle d’accompagner les transitions de la vie, y compris la fin de vie, la mort et le deuil. Ces nouvelles activités vont coexister avec celles de formatrice en tourisme et en transition, d’accompagnement du changement et des projets. Je souhaite notamment enrichir ce secteur grâce à mes compétences en gouvernance, complètement en phase avec ce que décrit Frédéric Laloux dans son livre récent qui rencontre un succès phénoménal.

L’anticipation sereine, la coopération et une vision nouvelle (globale, incluante, créative, transformant les contraintes en leviers) sont mes principaux thèmes de formation et de conférence depuis 2011. La médiation relationnelle et culturelle et la réconciliation font partie de mes fils conducteurs.

Une force intérieure nouvelle me pousse à œuvrer dans l’accompagnement des transitions tout au long de la vie, du vieillissement, de la mort et du deuil. Depuis 2015, je recueille des informations en tous genres…

passage 23-4-16

  • J’explore les alternatives, par la presse, internet, les rencontres, les interventions publiques… Ainsi je me rends compte que ma nouvelle vocation est dans l’air du temps. Le domaine palliatif et funéraire évolue, un nouveau monde est en marche, ici aussi !
  • Je participe à des ateliers, rencontres et formations qui m’enrichissent et m’épanouissent. La mort, ce n’est pas triste, c’est la vie dans son intensité maximale.
  • J’ai effectué trois stages en pompes funèbres et j’y ai été très bien accueillie. J’adresse de très chaleureux remerciements à mes collègues de Laval, Mayenne et Paris 15e, tous motivés et dévoués pour accompagner au mieux les familles. C’est un secteur professionnel difficile, exigeant, délicat, éprouvant et… mal rémunéré.
  • Les nombreuses rencontres fortuites complètent ces expériences, ces recherches et mes lectures.
  • Quelques exemples de brèches ouvertes, de projets et de traditions d’ici et d’ailleurs, de lectures et autres sources, dans mes articles récents, par exemple La diversité méconnue dans le monde du funéraire.
  • Les Journées du Grand Passage au domaine de Chardenoux (71), du 25 au 28 mars 2016,
    m’ont beaucoup enrichie et ont suscité de très belles rencontres.

Je ressens profondément le besoin de services plus différenciés, notamment dans le domaine des cérémonies laïques, et des services funéraires. Je défiis progressivement mon rôle et ma place parmi les nombreux besoins auxquels mes compétences peuvent apporter des réponses respectueuses et sur mesure, facilitant la réconciliation avec soi, ses proches, la vie, la mort…

AnAm-Laval-mai-15

Anam, mai 2015

Il est des cérémonies funéraires qui vous transportent par leur beauté, leur puissance de communion.

La perte d’autonomie mène souvent à des choix très délicats, qui méritent d’être accompagnés tout en finesse par un tiers neutre.

Bien en amont, le fait de considérer la vie en ayant conscience de sa fragilité et des contingences de sa phase dernière (pour soi et pour ses proches) augmente le champ de conscience.

Notre civilisation occidentale est une exception culturelle qui a évacué la mort et la vieillesse et les a rendues redoutables, inacceptables. Nous pouvons puiser dans les sagesses, les cultures, les traditions du monde entier pour nous réconcilier un tantinet avec cette phase et ce passage.

  • « La plupart de nos contemporains, en Occident, refusent l’idée même de la mort, et à plus forte raison celle qu’on puisse vivre avec elle et l’approcher le jour venu consciemment et paisiblement.  Se réveiller le matin en se souvenant que l’on est mortel, comme on le fait dans certains monastères, paraît d’un autre temps.De même, la sagesse des bouddhistes, qui acceptent la mort comme faisant partie de la vie, semble exotique. Celle de ces Indiens d’Amérique ne l’est pas moins, qui portent leur mort sur l’épaule gauche, tel un oiseau invisible, conscients d’être seulement de passage sur cette terre. Pourtant, de l’avis de tous, ces « sagesses » non seulement aident à vivre, mais donnent à la vie son poids de sens et sa valeur ».

Jean-Yves Leloup & Marie de Hennezel, L’art de mourir, 1997 (réédition Pocket).

De plus, les progrès de la médecine permettent depuis une cinquantaine d’années de réanimer des personnes en état de mort clinique, et les témoignages de l’incursion « côté lumière et Amour » abondent et concordent, en voici des témoignages à la télé (France 2, émission « toute une histoire »), « J’ai vécu une expérience de mort imminente ». Je suis éberluée par la pléthore d’éléments mettant à mal, y compris avec toute la rigueur scientifique, la conception matérialiste de la vie et de la mort qui m’a été inculquée.

Voici un joli petit film de 44 minutes de Tistrya, montrant une jeune femme qui est allée très loin dans son expérience de mort imminente (EMI), avec des bribes d’autres interviews et de belles images pour nous aider à nous ouvrir à son expérience. Les similitudes avec les autres témoignages sont extrêmement frappantes (vous le constaterez si vous regardez d’autres vidéos… notamment le neurochirurgien Eben Alexander qui avant sa méningite foudroyante était agnostique, la rayonnante Indienne Anita Moorjani (qui était en phase terminale de cancer généralisé) — désolée ces deux sites sont en anglais seulement, le livre d’Anita existe en français — et tant d’autres avec ou sans notoriété, ce que confirment depuis des décennies toutes les études, notamment celles du Docteur Raymond Moody dès les années 1970. Le Docteur Elisabeth Kübler-Ross, mondialement reconnue, en fait également état, notamment dans l’ouvrage au titre ô combien juste à mon sens, La mort est une question vitale (Albin Michel, 1996).

Contes, créations faisant participer les personnes en fin de vie et leurs proches, écoute profonde, assemblage de services pour soulager, et… funérailles à domicile sont quelques-unes de mes pistes de prestation.

Je m’intéresse aussi aux cimetières paysagers et forestiers, aux tombes paysagères. Et aux cimetières passagers… voir  l’humusation et autres innovations dans mes articles sur la diversité méconnue.

 A suivre !

Si vous souhaitez répondre à un questionnaire pour m’aider à tracer ma voie, contactez-moi !

Après une quinzaine d’années dans le tourisme culturel (1989-2004), j’accompagne aussi le « grand voyage », les points communs sont nombreux, et certains parallèles sont suggestifs ! Tout changement, dans la vie active ou la perte d’énergie et d’autonomie, requiert de l’adaptation, du renoncement, un travail de deuil…

Publicités